Tribune. La volonté des communicants politiques de mettre l’accent sur la personnalité des candidats, dans un registre émotionnel, risque de se faire au détriment du débat démocratique.

A lire sur www.compol.media