12/06/2018 - 09:56

"Femmes et Influence : Au-delà des vérités qui dérangent, le combat débute pour les nouvelles générations de femmes au pouvoir" par Johanna Pons

Depuis plusieurs mois, la prise de conscience collective déclenchée par le tourbillon médiatique des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc, des tribunes, des témoignages, et des discours semble avoir fait basculer une grande partie de l’opinion de façon irréversible. Emmanuel Macron a fait de l’inégalité femmes-hommes la Grande Cause Nationale, confiant dans le même temps à une secrétaire d’Etat la responsabilité de porter le sujet au sein du gouvernement. Preuve que l’égalité entre les femmes et les hommes devait faire l’objet d’un engagement politique pour être véritablement adressée.

Mais au-delà du politique, cette révolution sociétale est-elle vraiment en passe de devenir réalité ? Qu’en est-il, justement, de toutes celles qui exercent des fonctions à responsabilité, à la direction de grands groupes, à la direction de la communication, à la tête de leur entreprise, ou encore au sein de cabinets politiques et d’institutions majeurs ?

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, les femmes sont encore rares dans les sphères de pouvoir. Pour prouver que les freins et les obstacles restent encore nombreux à lever pour accéder à des postes d’influence, nous nous sommes plongés au cœur de leurs vécus.

Derrière les témoignages de ces femmes d’influence que nous avons interrogé, le constat est sans appel. La bataille culturelle initiée n’en est qu’à ses prémices, et les différences entre communication et réalités restent encore profondément ancrées dans la société française.

Tout au long de leurs parcours, ces femmes ont su affirmer et convaincre de leurs compétences et de leur légitimité. Quatre facteurs communs ont cependant déterminé leur place dans les lieux de pouvoir : l’éducation, la vie d’entreprise, la gestion de carrière et les réseaux d’influence. Force est de constater que chacun de ces piliers tend à façonner le caractère, le savoir-être, l’ambition et la volonté des femmes à transmettre leur leadership aux générations suivantes.

Oui, l’école et la famille jouent encore et toujours un rôle déterminant sur la perception de liberté et d’indépendance des femmes. D’ailleurs, dès l’enfance, les role models féminins comme masculins jouent une fonction majeure dans la représentation des rapports femme-homme en société.

A l’aune de nos entretiens, l’entreprise reste bel et bien la première fabrique de stéréotypes ; elle a tendance à les perpétuer dans son mode d’organisation, du recrutement
au management. Et dans des  sphères de pouvoir dominées par les hommes, le sexisme ordinaire est encore prégnant.

Notre étude démontre aussi que la culpabilité est le premier facteur anthropologique susceptible de freiner les femmes dans leur accès à des postes de pouvoir. Bien que leurs compétences tendent à être de plus en plus reconnues, la valeur des femmes
au travail n’est souvent pas jugée à l’aune des mêmes critères que celle des hommes mais à travers un prisme sociologique profondément ancré.

Le mouvement en cours ne doit pas non plus négliger l’influence des réseaux féminins pour favoriser le leadership ; leur influence réelle semble faire débat parmi les femmes d’influence. Malgré l’explosion de ces réseaux ces dernières années, nos interrogées s’accordent en effet pour dire que la mixité des réseaux professionnels est essentielle pour assurer leur efficacité.

Ces « 8 vérités qui dérangent » que nous avons identifiées sont celles des femmes qui nous ont livré leur regard, et contre lesquelles certaines se sont battues pour exercer les responsabilités qui sont les leur aujourd’hui. Elles témoignent de l’urgence à mener hommes et femmes, ensemble, un combat de société pour le changement de mentalités et bâtir, au-delà de l’égalité des genres, un nouveau modèle de société. La bataille culturelle que nous avons encore à mener est de taille ; il s’agit d’un enjeu générationnel déterminant pour toutes les femmes qui arriveront bientôt sur le marché du travail.

Johanna Pons, Directrice associée