Il est possible d’inciter les individus à prendre de meilleures décisions. Et c’est étonnamment simple.

Nous prenons chaque jour des milliers de décisions, conscientes ou inconscientes – comment s’habiller, quoi manger, où investir de l’argent, pour qui voter… Si nous ne subissons généralement aucune contrainte, nous restons soumis à une réelle influence : celle du contexte dans lequel nous effectuons notre choix, qui joue un rôle déterminant. Nous serons ainsi plus enclins à faire quelque chose si nous voyons les autres le faire fréquemment ou si notre entourage le fait.

Parfois, le désir d’adhérer au contexte social est si fort qu’il peut même changer notre perception de la réalité. En effet, si nos proches insistent sur le fait qu’un objet a une certaine apparence, nous le visualiserons différemment.

Nous percevons aussi un problème différemment selon la manière dont il se présente à nous. Par exemple, nous accepterons toujours plus facilement de subir une opération en sachant que 90 % des patients qui s’y sont soumis sont encore en vie cinq ans après. Et nous le serons certainement moins en sachant que 10 % des patients opérés décèdent suite à cette même opération.

Lire la suite sur Hbrfrance.fr